LA VACHE HIGHLAND CATTLE

 Une vache pouvant avoir une envergure de plus de 1m50 entre les extrémités de ses cornes. Cette vache a sûrement été amenée en Écosse par les vikings. Lors des manifestations, nous pouvons bâter notre bœuf, faire des démonstrations de labour ou le monter si les conditions de sécurité sont réunies.

Angus
Angus
Angus
Angus

 

L'AUROCHS

L’ancêtre des vaches modernes. Les dimensions de ce bovin sont imposantes : entre 1,6 et 1,8 mètre de hauteur à l’épaule (1,50 m pour la femelle) pour un poids de 800 à 1200 kg. Les cornes de l’aurochs sont de dimensions conséquentes. Si chez le mâle elles peuvent atteindre 110 cm voir plus, contre 70 cm pour la femelle, il apparaît que la moyenne se situait plus simplement vers les 80 cm. Ce sont des aurochs qui sont peints sur la grotte de Lascaux.

Hiverno
Hiverno
Onix
Onix
Onix
Onix

 
LE CHEVAL FJORD

 Petit cheval de montagne que les vikings utilisaient pour l’agriculture, le transport en chariot. Ce cheval peut être facilement monté également. Malgré sa petite taille, il est très robuste (1,45 mètre au garrot pour 450kg environ).

LE CHEVAL TARPAN

Ancêtre des chevaux européens, c'est le cheval représenté sur les grottes de Lascaux. Ce cheval peut être facilement monté également. Malgré sa petite taille, il est très robuste (1,35 mètre au garrot pour 300 kg environ).

LE COCHON LAINEUX

Le type de cochon le plus proche du cochon de l’époque. Un cochon avec de longues soies pouvant servir à faire des couvertures ou des vêtements.
Le cochon laineux était répandu dans tout l'arc alpin au XIXe siècle. Originaire de l'ancien Empire austro-hongrois. Dans de nombreuses régions d'Europe, les cochons noirs étaient traditionnellement élevés en plein air, pâturant l'été et dévorant, l'automne venu, glands et châtaignes en forêt. Ces animaux, qui donnent une viande succulente, ont pourtant failli disparaître et restent encore à ce jour menacés d'extinction.

  MOUTON DE JACOB

 

Un ovin à 4 cornes bicolores. A l’époque viking, il avait jusqu'à 6 cornes qui ressemble au premier abord à une chèvre, vient d’Ecosse, du moins dans sa version "moderne". Cependant il semblerait (du moins pour certains auteurs) que ce mouton soit d'origine méditerranéenne et plus précisément de Mésopotamie et du Moyen Orient. Un ovin à quatre cornes bicolores. A l’époque viking, il avait jusqu'à 6 cornes.. On trouve également ce mouton en Afrique (Somalie, Cameroun...). Pour d'autres auteurs le mouton de Jacob aurait été introduit en Angleterre par les Vikings. Quoiqu'il en soit, il est présent en Ecosse depuis plus de 400 ans.

 CHÈVRE DES FOSSÉS

Type de chèvre commun à l'époque viking et au Moyen-âge.

C'est la chèvre commune du Grand Ouest de la France. Comme son nom l'indique, elle était utilisée à l'entretien des talus et fossés, souvent attachée à un piquet (élevée à la pique) ou gardée par les enfants. Elle valorisait donc un espace inculte tout en le maintenant propre. Elle était traditionnellement élevée pour son lait, parfois transformé en fromage. Docile et rustique, elle est aujourd'hui relancée pour sa production laitière et le débroussaillage.

 MOUTON DE SOAY

Mouton sauvage domestiqué et le plus proche parent du Mouflon.

​Les fragments de peau et les vestiges textiles de sépultures datant de l’Âge du Bronze (3.000 à 4000 ans avant notre ère). Ces étoffes nous renseignent non seulement sur le diamètres des fibres de laine de cette période préhistorique mais également sur leur couleur marron, héritée du mouton sauvage ancestral. D’après les diamètres de leurs fibres, les toisons de Soay correspondent aux toisons moyennement crineuses et aux toisons de finesse moyenne de l’Âge du Bronze.

LE LAPINKOÏRA

 On considère que ce chien aide les Saami, peuple autochtone vivant au nord de la Norvège, de la Finlande et de la Suède, éleveurs de rennes. En effet, ces derniers sont des animaux semi-domestiqués et il est donc difficile de les maîtriser sans l’aide des chiens. Des restes ont été mis au jour dans la zone de la calotte glacière du Nord datant de 7 000 ans avant JC, témoignage qu’à cette époque, il existait un chien de type spitz arctique qui, de par sa morphologie et sa taille, était similaire au lapinkoïra...

CHAT DES FORÊTS NORVÉGIENNES

ou norsk skogkatt, amené par les Vikings lors de leurs voyages vers la mer Caspienne, le norvégien est essentiellement issu de la sélection naturelle du climat froid des pays scandinaves. Ce chat a une particularité : il redescend des arbres la tête en bas !!! En effet, il fut souvent aperçu dans les forêts enneigées, apparaissant et disparaissant, laissant un mystère planer...

 LAPIN PAPILLON

est une race de lapin française, issue de diverses races de lapins panachés européennes.
Il se caractérise par une robe blanche avec les oreilles et le tour des yeux colorés, ainsi qu'une raie dorsale, des taches sur les hanches et une tache caractéristique sur le nez en forme de papillon. Chaque éleveur veille à ce que le panachage réponde le mieux aux critères de la race.
Ce lapin a fait l'objet au cours du xxe siècle d'une sélection sur la taille. Il fait aujourd'hui partie des races dites géantes

lapin1
lapin
lapin-papillon
lapin3
bebes-lapins

                LE FURET  

Élevé depuis l'Antiquité (par les Égyptiens vers 1300 av JC) pour ses aptitudes de chasseur. Il est utilisé en particulier pour la chasse aux lapins. Les marins avaient également comme habitude de garder un furet sur leur bateau pour chasser la vermine. D'autres en font l'élevage pour leurs fourrures. C'est aussi un animal de compagnie.

 Le cochon d'Inde

 

(Cavia porcellus) est un rongeur de taille moyenne, appartenant à la famille des Caviidae et originaire de la cordillère des Andes. C'est l'espèce domestiquée issue du cobaye sauvage appelé Cavia aperea. D'abord élevé pour sa chair dans les pays andins, puis comme animal de laboratoire, le cobaye est aussi souvent adopté comme animal de compagnie par ceux qui apprécient son caractère calme et sa facilité d'élevage.L'espèce a été décrite pour la première fois en 1758 par le naturaliste suédois Carl von Linné (1707-1778).

LES OIES NORMANDES

L'oie normande, dite l'« oie aux yeux bleus », était très commune jusqu'au milieu du xxe siècles.

 Cette race fermière normande connue depuis des siècles se caractérise par son dichromisme  sexuel, ce qui n'est pas fréquent chez les oies. En effet, le jars est entièrement blanc, tandis que la femelle présente de grandes taches gris-brun sur les ailes, les flancs et un peu sur le cou. Les oisons de sexe masculin sont jaunes et gris clair, ceux de sexe féminin sont jaunes et gris foncé. La race est soigneusement sélectionnée pour conserver ce caractère. L'oie normande est extrêmement rustique, facile à élever et doit vivre en liberté, du moment qu'elle dispose d'eau et d'un terrain herbeux, se déplaçant dans un rayon de 500 mètres autour de son lieu d'élevage

Add a Title
Add a Title
Add a Title

LE FAISAN DORE

 

Le Faisan doré mesure de 80 à 115 cm de long pour le mâle, et de 60 à 70 cm pour la femelle, avec une queue mesurant de 40 à 80 cm. Son envergure est comprise entre 65 et 75 cm et son poids varie de 550 à 900 g.

L'espèce présente un formidable dimorphisme sexuel, le mâle ayant un plumage aux couleurs chatoyantes, alors que la femelle arbore un plumage discret, essentiel pour la couvaison.

Le mâle, avec sa longue huppe aux plumes jaune d'or, a donné son nom vernaculaire à l'espèce. Elle descend jusque sur le haut de la nuque, et sur la collerette orange vif et rayée de noir recouvrant le cou. Il peut ébouriffer ces plumes pour la parade nuptiale, comme le feraient les coqs lors de combats. Le haut du dos est vert émeraude, le reste est jaune vif jusqu'au croupion, ainsi que les plumes de la base de la queue. Le reste de la longue queue est marbré de beige et de noir. L'iris est jaune, ainsi que le bec et les pattes.

La femelle, la poule faisane, a des couleurs bien plus discrètes puisque c'est elle qui s'occupe des nichées. Brune et tachetée, elle ressemble fortement à la femelle Faisan de Colchide, avec des tons davantage rougeâtres sur le dos et une gorge blanchâtre. Les juvéniles sont assez semblables à leurs mères, avec un plumage parsemé de taches rouges.

PAON NIGRIPENNE

Le paon est originaire des Indes. Alexandre le rapporta, au retour de ses conquêtes, à Babylone. Ces oiseaux passèrent de là dans la Perse et la Médie, et c'est de ces royaumes que les Romains les tirèrent.
« L'orateur Quintus Hortensius, l'émule de Cicéron, fut le premier qui apprit aux Romains à manger des paons, dans un repas qu'il donna lorsqu'il fut créé augure. Les paons devinrent si fort à la mode, qu'on ne crut plus pouvoir donner à manger sans en servir. » (Dusaulx, traduction de Juvénal). Autrefois, on croyait que la chair du paon était imputrescible. C'est pourquoi cet oiseau était un symbole d'immortalité et que sa chair était consommée par les nobles.

POULE DE GOURNAY

 

Poule normande du pays de Bray que les vikings auraient ramené de Suède lors d’une expédition. Il existe d’ailleurs aujourd’hui une poule semblable en Suède, la poule d'"Orusthöna".

"S'intéressant à l'histoire des races, M. LOMENEDE, passionné par la poule de Gournay, a appris par Internet que la "Orusthöna", poule d'origine suédoise, ressemblait particulièrement à notre poule brayonne. La poule ne serait-elle pas d'origine nordique ? Les "Vikings" auraient semble-t-il transporté du bétail, des volailles, lors de leurs différents périples..."